L’intelligence artificielle

En ligne depuis le 8 mars 2021

L’intelligence artificielle

Conférencier: Dominique ODERO

Dominique ODERO est docteur en physique. C’est un ancien directeur de programme chez Thales.

Télécharger le communiqué de presse (PDF - 168 Ko)

A propos de la conférence

Depuis la nuit des temps, l’homme a cherché à créer des outils pour faciliter ses tâches et des machines pour les faire à sa place et augmenter ses capacités et son autonomie.

Au milieu du XXème siècle, il a commencé à imaginer des théories et des techniques en vue de réaliser des machines capables de simuler son intelligence, par exemple répondre à des questions simples ou faire de la traduction automatique. Pendant les 60 dernières années, le formidable développement des ordinateurs, la découverte de nouveaux algorithmes et la collecte massive de données ont permis de faire évoluer considérablement les possibilités de cette Intelligence Artificielle.

Aujourd’hui, l’intelligence artificielle s’immisce partout dans nos vies : médecine, transports, industrie, enseignement, commerce, finances, justice, défense, environnement, assistance personnelle… Elle modifie insidieusement nos habitudes, et peu à peu change notre manière de travailler, de nous déplacer, de nous divertir, de gérer nos tâches quotidiennes, de gérer nos relations… Bref elle chamboule notre vie sociale.

Mais elle porte aussi beaucoup d’interrogations sur l’emprise grandissante de la machine sur l’humain, sur le pouvoir des sociétés qui ont l’exclusivité des données et de leur traitement, et sur les surprises que nous réservent encore les décennies à venir.

Posez vos questions au conférencier

S’abonner
Notifier de
7 Echanges
le plus récent
le plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments

bonjour, J’aimerai savoir ce que vous pensez de la « logique floue » (dans le processus de fuzzification) et de ce qu’elle peut induire d’interrogations en synthèse, interactions et autres conséquences qui échappent en partie à l’analyste. On peut s’en préoccuper dans le domaine de l’IA. L’alimentation du système en big data peut, me semble-t-il inquiéter et réclame une législation appropriée dans leur usage. Comment voyez-vous ces implications.(on n’est pas si éloigné de certaines nouvelles de science fiction de Philip K Dick).

je vous remercie pour l’intérêt que vous avez apporté à mes questions.
Je tiens toutefois à apporter quelques précisions sur le sujet de la logique floue. Je me réfère à mes archives. Les réseaux neuronaux peuvent souvent être formalisés par des matrices (l’algèbre aide à les classer en grandes familles cf Didier SANZ). Vous évoquez la moindre mesure de l’emploi de la logique floue. Or Bernard ANGENIOL (chez Thomson CSF en son temps) dit « nous ne savons pas ce qui se passe dans l’ordinateur pendant l’apprentissage ». J’ajoute la même opinion de Jean Claude PEREZ (en son temps chez IBM). Ces chercheurs ont basé leurs réflexions sur celles de John HOPFIELD (California Institute of Technologie en 1982).Ce n’est pas que je veuille apporter la contradiction mais, à ma connaissance, la logique floue est toujours d’actualité dans plusieurs domaines de modélisation des réseaux neuronaux.
Bien cordialement

Merci pour votre réponse enrichissante. Le sujet est passionnant.
Je m’interroge sur les développements à venir de l’IA. L’algorithmique dans un réseau neuronal reste binaire, compte-tenu de la réactivité du neurone individuel (cf interdépendance entre les poids synaptiques, la somme et le seuil).
Or, l’expérimentation des ordinateurs quantiques avance sans être encore majeure dans ses applications.
Ayant suivi une conférence récente sur France Culture, un chercheur a abordé là une « logique » non binaire, entre le 0 et le 1. Mais, ajoutait-t-il, le 0 peut être le 1 (?) et réciproquement (se rapprochant ainsi des expériences en matière de mécanique quantique).
Comme je ne parviens pas à structurer intellectuellement cette analyse, je voudrais savoir comment vous envisagez l’adaptation, l’intégration, à ce nouveau processus.
Je vous remercie.

Bravo, conférence et conférencier passionnants.
Je n’ai pas tout compris (notamment les notions de réseaux neuronaux et leurs variantes) mais les pistes sont ouvertes, reste plus qu’à explorer !

Ma question : Il semble que la puissance de l’IA soit inféodée à la puissance des ordinateurs. Or, on voit arriver les ordinateurs quantiques, sont-ils adaptés à l’IA ?

Merci